Nîmes-Metz : Le point de l’espoir ?

0
1601
Un nouveau stade c'est bien... en D1 c'est mieux ! (Photo : C. Corger)

Si vous vous attendiez à un duel relativement serré entre deux candidats annoncés au maintien, dans une rencontre déjà cruciale avant même le mercato hivernal, à une bataille entre deux formations engluées dans les profondeurs du classement et en mal de points, alors vous aviez raison.

 

« Je ne nous reconnais pas »

Pendant près d’une demi-heure, Nîmes et Metz se rendaient coup pour coup. Après un début de match plaisant pour les locaux durant le premier quart d’heure, et une première mèche allumée par un Renaud Ripart plus que jamais contesté auprès des supporters gardois, ce sont bien les mosellans qui plaçaient la banderille fatale, douchant ainsi un stade des Costières encore au rendez-vous, lui. Bernardoni, qui avait déjà sauvé les siens en début de rencontre d’une parade réflexe sur un coup-franc de Traoré détourné par le mur (12’), ne pouvait rien sur une tête de l’inévitable Diallo (30’), qui s’élevait plus haut que Pablo Martinez pour aller inscrire son neuvième but de la saison, déjà. Nîmes, malmené par des messins bien présents dans l’engagement (presque trop) et déjà sanctionnés de 2 jaunes lors de la première demi-heure, prenait là un nouveau coup sur la tête. Si les dix premières minutes semblaient intéressantes, les 35 suivantes en première période n’étaient pas de bon augure pour la suite de la rencontre, Nîmes encaissait même un second but de Diallo, refusé pour hors-jeu (37’). Les 50 % de possession de balle des gardois s’avéraient être stériles, et l’équipe de Bernard Blaquart se retrouvait coupée en deux, sans solution au milieu de terrain face à une équipe messine joueuse sur les ailes. 1-0 en faveur des visiteurs à la pause, et un Pablo Martinez lucide au micro des journalistes : « Je ne nous reconnais pas, on dirait qu’on n’a pas envie de gagner ».

 

Coaching payant

Au retour des vestiaires et après un nouveau quart d’heure insipide et qui ne laissait rien présager de bon, Duljevic était lancé à l’heure de jeu en lieu et place de Stojanovski, peu en vue pour sa première titularisation en Ligue 1 (60’). Pratiquement sur son premier ballon, l’ailier bosnien, bien servit sur l’aile droite, centrait à l’attention d’un Renaud Ripart qui allait s’arracher pour battre le portier messin du gauche (1-1, 61’). Critiqué pour son rendement ces dernières semaines, touché (à l’adducteur ?) en début de seconde période, c’est pourtant l’enfant des Costières qui offrait une égalisation salvatrice aux siens. Le troisième but de la saison de l’attaquant gardois donnait un second souffle à ses coéquipiers, qui prenaient alors petit à petit le dessus sur une équipe messine nerveuse (4 cartons jaunes de plus lors de la dernière demi-heure) et qui tentaient par tous les moyens de ne pas concéder un second but qui aurait été terrible après une première heure de jeu maîtrisée. Le public des Costières se faisait une nouvelle frayeur lorsque Maïga trompait Bernardoni après un centre d’Udol dévié par Diallo, mais à nouveau, une position de hors-jeu sauvait les crocodiles (78’). Après une seconde période hachée, marquée par les fautes et les contacts et plus de 8 minutes de temps additionnel, rouges et grenats pouvaient partager les points. Un nul qui permet à Metz de sortir de la zone rouge, et à Nîmes de laisser provisoirement la dernière place à Toulouse, qui se déplace demain à Nantes.

Un point de l’espoir pour des nîmois qui n’ont plus connu la victoire depuis le mois de Septembre et vont devoir affronter un mois de Décembre particulièrement compliqué, avec notamment la réception de Lyon et le déplacement à Marseille juste avant Noël. Et si Nîmes pouvait s’inspirer de la dernière demi-heure de ce soir pour ses prochaines échéances, alors, pourquoi pas, le ciel gardois pourrait s’éclaircir durant les prochaines semaines.

 

Kevin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de rentrer votre commentaire
Merci de rentrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.