Nîmes-Nantes (0-1) : Les crocodiles ne respirent plus

0
2569
Photo : AFP

Dans une nouvelle rencontre décisive quant à la lutte pour le maintien, Nîmes s’est une fois de plus incliné en championnat. Une troisième défaite consécutive et une onzième rencontre sans victoire pour des crocodiles qui n’ont plus connu le succès en Ligue 1 depuis mi-septembre. 

Tout commence pourtant bien. Les dix premières minutes sont à l’avantage des locaux, bien entrés dans la partie. Dès la 2ème minute de jeu, il faut même un petit miracle du portier nantais pour éviter que Girotto n’inscrive un but contre son camp après une partie de billard dans la surface des canaris. Mais comme souvent ces dernières semaines, la réussite n’est pas du côté des hommes de Bernard Blaquart. Après un premier quart d’heure discret, Nantes réagit et il n’en faut pas beaucoup pour déstabiliser une arrière-garde nîmois encore fragile. Sur une ouverture magnifique de Touré côté gauche, Alakouch se manque et sert de la tête Simon, qui s’infiltre dans la surface, sert Louza en retrait qui ne se fait pas prier pour ouvrir le score (28′, 0-1). Une minute plus tôt déjà, un frisson avait parcouru les travées des Costières sur un incroyable manqué de Ludovic Blas. Comme souvent, Nîmes ne trouve pas les solutions. Trop brouillons au milieu, friables derrière et empotés devant, les gardois s’en remettent à leur portier pour s’interposer devant Coulibaly avant la pause (38′) et ne pas couler définitivement.

Au retour des vestiaires, Nantes lève le pied et se contente de gérer sa courte avance, comme ils en ont l’habitude (neuvième victoire des nantais cette saison par un but d’écart), face à des crocodiles partagés entre l’envie de revenir et la crainte d’encaisser un but de plus. Nîmes prend le contrôle du ballon (54 % de possession finale) mais n’en fait rien, et ne cadre pas assez pour espérer mieux (16 tirs, 4 cadrés). Les entrées de Duljevic et Stojanovski n’y changeront rien (encore moins celle de Sainte-Luce au bout du temps additionnel), et les visages sont fermés au coup de sifflet final. Alakouch, fautif sur le but, quitte le terrain sans attendre, en larmes, tandis que les cadres du groupe (Briançon, Martinez, Ferhat, Philippoteaux, Bernardoni) s’arrêtent devant la tribune Sud pour discuter avec les supporters. La semaine prochaine promet d’être particulièrement complexe pour les gardois. Réception de Saint-Etienne en Coupe de la Ligue mercredi, et un déplacement périlleux à Marseille samedi en championnat. Nîmes poursuit son chemin de croix.

 

La déclaration d’Anthony Briançon : 

« On leur a dit (aux supporters) qu’on allait pas lâcher et qu’on vivait une période compliquée, la solution est dure à trouver. On a pas répondu présent sur le terrain, il va falloir se re-concentrer, travailler. Y’a que par le travail qu’on y arrivera. Dans la vie comme au foot on vit des moments compliqués, ça me fait bien rire car beaucoup nous adulaient quand ça allait, beaucoup moins maintenant. On donnera le maximum, le groupe est solidaire et uni. Ce soir on manque de réussite, en seconde période je ne sais pas s’ils ont une frappe, et encore une fois on ne marque pas. C’est de la frustration, de la déception. Encore une fois on a les meilleures occasions, en première période on prend un but stupide sur une erreur. Quand tout va mal ça se ressent. Ce qu’il faut retenir c’est que l’équipe est consciente de la situation. »

Les autres résultats : 

Dans les autres rencontres du jour, aucun des adversaires de Nîmes pour le maintien ne s’est imposé. Toulouse s’est incliné pour la huitième fois consécutive, à domicile contre Reims (0-1), tandis que Metz accrochait Marseille à domicile (1-1). Nul également entre Amiens et Dijon (1-1). Nîmes, avec un match de moins, est désormais à 5 points du 17ème, Amiens, un match en moins également.

 

Kevin N.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de rentrer votre commentaire
Merci de rentrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.