Nîmes-Nantes (0-1) : Les réactions

0
2349

Bernard Blaquart (au micro de Corentin Corger, Objectif Gard) :

Sur la rencontre : « Forcément déçu. Il manquait un but, un peu d’efficacité, on aurait pu marquer deux fois en premier, ça aurait changé les choses. Les joueurs ont fait ce qu’ils ont pu avec quelques difficultés techniques parfois. On a fait à peu près jeu égal avec Nantes, ça n’a pas tourné du bon côté, pas grand chose à dire de plus. On est en difficulté, en souffrance, on ne trouve pas les solutions. Je ne suis pas abattu, mais déçu car ça ne tourne pas comme on voudrait. Il en faut plus pour nous abattre. A chaud ce n’est pas toujours bon de parler, il y avait une déception chez les joueurs, mais ça a été le calme plat dans les vestiaires. Après la défaite contre Lyon certains sont intervenus, là non. Déçus mais pas découragés, les joueurs étaient comme ça. »

Son poste est-il menacé ? : « Assaf ne m’a pas dit que je n’étais plus entraîneur. S’il pense que c’est mieux de changer il le fera. La seule chose qui importe c’est que Nîmes redresse la tête. Si on veut rebooster l’équipe, ça passera par la récupération des blessés, des suspendus, par un mercato réussi, peut-être un nouvel entraîneur ce n’est pas à moi de le dire. À partir du moment où le président me fait confiance et me garde, c’est important sur l’élan donné début janvier (de recruter). Posez lui la question de savoir s’il a toujours confiance en moi, je ne peux pas vous dire autre chose, je ne suis pas à sa place, dans sa tête. S’il pense qu’il faut changer pour créer un choc psychologique, il n’y a pas de problème, qu’il fasse dans l’intérêt du club. » 

Sur les joueurs et le futur directeur sportif : « Les joueurs qui lâchent ou pas l’entraîneur, ça ne veut rien dire, c’est l’entraîneur qui pousse les joueurs et pas l’inverse. Même si le discours peut paraître rébarbatif pour certains, je n’ai pas l’impression que les joueurs aient lâchés. On ne peut pas se cacher derrière autre chose que les résultats. Je ne sais pas si c’est un directeur sportif qui doit venir, je pense que c’est plutôt un responsable du recrutement, et il n’est pas encore là. Je n’ai pas son nom, je ne sais pas qui c’est. Laissons le président faire, qu’il nous trouve la bonne personne. Au delà du travail à long terme, c’est aussi dans l’immédiat avec le mercato de Janvier. »

Su le public : « Le soutien du public avant le match m’a fait énormément plaisir, même s’il y a eu des choses moins bien. Il y a eu des insultes mais c’est comme ça, le public dans sa globalité est extraordinaire. On voit malheureusement dans beaucoup de clubs des incidents, même quand les clubs marchent bien, aujourd’hui même si ce n’est pas facile pour eux, ils ne nous lâchent pas et c’est important. »

 

Pablo Martinez (au micro de Corentin Corger, Objectif Gard) :

« Le moral il faut qu’on essaie de le garder. Ce soir ça fait mal encore une fois. Contrairement aux autres fois, ce soir il y avait la place de faire nul ou de l’emporter, mais ce qui nous tue c’est qu’on a les premières occasions et qu’on ne les mets pas. Dès qu’on prend un but on perd la confiance. Il faut bosser, s’accrocher. Il a manqué l’efficacité, on peut jouer le match bien plus longtemps et on n’a pas d’occasion franche, à part ce but de Kevin (Denkey) qui pour moi est entaché d’une faute très légère, ce qui m’agace un peu c’est que généralement l’arbitre laisse l’action continuer et fait appel à la VAR, là non. Ca commence à faire beaucoup mais on ne peut pas se cacher derrière ça, il nous manque l’efficacité offensive qui nous fuit depuis des matchs. Dans le jeu on n’est pas largué, on a la tête de Sidy (Sarr) contrée par Kevin, 10 matchs en arrière ça serait rentré, là non. On a pas mal de situations, c’est dur ce soir car sur la première occasion y’a but, la frappe est pleine lucarne, Paul (Bernardoni) ne peut rien faire. Nous on est derrière le coach, ce n’est pas à moi de dire s’il est menacé, je pense que c’est l’homme de la situation, je pense que Nîmes a vécu bien pire que ça et s’en est sorti. On savait qu’en ne gagnant pas on serait dans une situation précaire, il reste une seconde partie de saison, au mois de Janvier on reçoit 4 fois à la maison, en y mettant les ingrédients on peut faire basculer le championnat. C’est tellement serré qu’avec une série de 3 matchs tu te retrouves en dehors de la zone rouge. On savait que ça allait être compliqué, on se bat avec nos armes, le déclic va se faire, il ne faut pas être abattu il faut travailler. »

 

Antoine Valerio (au micro de Corentin Corger, Objectif Gard) :

« Déçu, frustré, on a bien poussé en seconde période, on a eu des situations et on les a mit en difficulté. Frustré de ne pas avoir eu la réussite dans le dernier geste. On les a mit en difficulté mais c’est surtout dans les 30 derniers mètres où il aurait presque fallu un exploit individuel, ils jouaient bas. Il n’y a pas eu de mots dans les vestiaires, on sait ce qui nous reste à faire, il faut continuer de travailler. Le moral, ça pourrait aller mieux, mais on reste accroché, impossible n’est pas nîmois, on va continuer à se battre. Pour mon premier match, un peu de pression mais les cadres m’ont mit en confiance, au delà du résultat et du score final ça s’est bien passé, le public nous a poussé, ça met en confiance. Il faut garder un bon souvenir d’une première, ça reste une étape de franchie. » 

 

Florian Miguel (au micro de Corentin Corger, Objectif Gard) :

« J’ai l’impression de me répéter chaque week-end c’est compliqué, on avait la place de revenir avec le nul au moins, mais on perd. Déçu, frustré, tout ce que vous voulez, c’est compliqué là. On a eu les occasions en première période, si on marque ça change beaucoup de choses, Nantes n’a pas été complètement au dessus, en seconde période ils n’ont pas beaucoup d’occasions, nous on les a, il faut les concrétiser. C’est ce qui nous manque depuis le début. Devant ça n’avance pas, nous on avance pas non plus, il faut se poser les bonnes questions. Il n’y a rien qui va mais demain on repartira au boulot parce qu’on a deux matchs cette semaine. On ne s’occupe pas des choses avec le président et l’entraîneur, on s’occupe du terrain même si en ce moment on ne fait pas notre boulot. Le coach a apporté beaucoup depuis qu’il est à Nîmes, le groupe est avec lui, on ne lâchera pas. On va tout faire pour se qualifier mercredi et aller chercher une victoire à Marseille. »

 

Kevin N.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de rentrer votre commentaire
Merci de rentrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.