Déplacement au Vélodrome : Le président du Club Central n’hésitera pas à porter plainte

0
2685

Son association de supporters est au centre de toutes les critiques depuis samedi. Joel Mercier, président du Club Central, a accepté de s’exprimer au sujet du déplacement au Vélodrome, où seules 61 personnes (toutes du Club Central) ont finalement pu se rendre.

« Nous avions deux réunions prévues avec le Nîmes Olympique et les deux autres associations de supporters (Nemausus et Gladiators). L’une 15 jours avant le déplacement, la seconde quelques jours avant. Nous avons été les seuls à aller à cette réunion, les deux autres entités refusant de venir pour discuter de l’arrêté préfectoral et du déplacement. De notre côté, puisque seuls 200 supporters étaient acceptés, nous avons réservé 61 places pour laisser le reste aux autres. J’ai dû faire une sélection, décider de qui allait pouvoir venir ou pas, car nous avions beaucoup de demandes. Ensuite il a fallu donner le nom du chauffeur, le numéro du bus, la plaque, les noms de tous les participants, tout ça pour pouvoir partir en règle. Le vendredi, nous avons payé 610 € de contremarques.

Le samedi, on devait être à 16 heures à Lançon, donc nous sommes partis à 14h45 de Nîmes. Sur place, nous avons patienté plus d’une heure dans le bus sans pouvoir aller aux toilettes car les forces de l’ordre voulaient nous faire attendre le reste des bus. J’ai fini par leur dire que nous n’allions pas attendre car nous étions les seuls à disposer de billets pour la rencontre. Nous avons fini par partir après 17 heures pour le Vélodrome, sous escorte.

Je n’ai eu, avant le déplacement, aucun contact avec les Gladiators ou les Nemausus. Cyril Roure est un ami, on ne s’est jamais foutu sur la gueule, il ne m’a pas appelé. En tant que présidents d’associations nous avons une responsabilité, on ne peut pas faire embarquer des gens, des enfants, sans billet. Je ne l’avais pas fait d’ailleurs pour le déplacement à Saint-Étienne l’an dernier.

Depuis, on a reçu des menaces sur les réseaux. Encore hier, un ami est venu me prévenir qu’ils voulaient nous fracasser, nous faire enlever notre prochaine banderole aux Costières. Je n’hésiterai pas à porter plainte. » (Joel Mercier, Président du Club Central)

 

Kevin N.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de rentrer votre commentaire
Merci de rentrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.