Mercato hivernal : Le flair du croco

0
497
Photo : Y. Galiotto

La rédaction a décidé de revenir sur le mercato réussi de cet hiver et essaye d’apporter son analyse sur les apports du nouveau Directeur sportif crocodile.

Un mercato très attendu

Ce mercato hivernal était très attendu par les supporters du Nîmes Olympique et ce pour plusieurs raisons … Tout d’abord car le premier mercato de la saison, cet été, fut un échec avec les départs d’un grand nombre de joueurs et leurs non remplacements, que ce soit sur un plan numérique où il y a eu nettement plus de départs que d’arrivées, mais aussi sur un plan compétitif avec les départs de certains cadres tels que Savanier et Ferri, qui composaient le milieu de terrain, ou encore Rachid Alioui, en attaque. Tous les joueurs que nous venons de citer ont été remplacés d’un point de vue numérique avec les arrivées de Sarr, Fomba, Stojanovski ou encore Duljevic. Mais en ce qui concerne le côté qualitatif on ne peut pas en dire autant, pas que ces joueurs soient mauvais, mais ils n’ont pas encore -tous- le niveau pour être performants en ligue 1 et n’ont pas réussi a « prendre la place » des joueurs partis cet été.

Ce mercato était également attendu par les supporters Nîmois puisque c’était la première échéance depuis le départ « réel » de l’ancien directeur sportif, Laurent Boissier, mais surtout le premier avec le nouveau directeur sportif, Reda Hammache, arrivé fin décembre 2019. De plus il avait annoncé que « le club ne se fixait aucune limite pour ce mercato hivernal » ce qui n’était pas passé inaperçu chez les supporters des crocodiles qui attendaient donc énormément de ce mercato hivernal.

Ce mercato n’était pas attendu que par les supporters, il était également fortement attendu par l’entraîneur du Nîmes Olympique, Bernard Blaquart. En effet, l’entraineur des crocos avait fait part de son mécontentement à plusieurs reprises en conférence d’après match, des critiques notamment concentrées sur la taille et la qualité de son « groupe ». Ce mercato se devait donc faire office de tournant dans la saison du Nîmes Olympique … Et ce fut le cas.

Benrahou, génie en herbe

Malgré un léger nombre d’arrivées (trois joueurs), le Nîmes Olympique montre un nouveau visage encore très peu vu jusqu’ici cette saison, un visage offensif, et ce, qu’importe l’adversaire. Un groupe dans lequel personne ne refuse de faire les efforts et ce jusqu’à la dernière minute. C’est avec ce style de jeu que les crocos ont réussi à monter en Ligue 1 il y a maintenant 2 saisons et c’est également avec cette façon de jouer qu’ils ont réalisé une très bonne première saison en Ligue 1 l’année dernière.

L’arrivée la plus marquante est probablement celle du jeune marocain Yassine Benrahou. Arrivé en prêt en provenance des Girondins de Bordeaux en tout début de mercato (3 janvier), Yassine Benrahou a, dès ses débuts sous ses nouvelles couleurs, surpris tout le monde en participant grandement à la victoire contre le Stade de Reims aux Costières. Il a même clôturé ce match par un but, son premier au Nîmes Olympique.  Le joueur est très libre et couvre ainsi tout le front de l’attaque, il n’hésite pas à redescendre chercher le ballon plus bas sur le terrain pour construire des actions et être au cœur du jeu. Il est également très bon sur coup de pieds arrêtés ce qui faisait défaut aux crocodiles en première partie de saison. Il est devenu, en a peine plus d’un mois, une pièce maîtresse du jeu nîmois, et il est d’ailleurs fort probable de le voir jouer encore l’année prochaine au sein du Nîmes Olympique qui dispose d’une option d’achat a 1.5 Millions d’euros.

Les deux autres recrues de ce mercato sont également des joueurs offensifs, secteur qui faisait défaut aux nîmois depuis le mois de septembre …

Nolan Roux, briscard des surfaces

L’autre recrue « phare » de ce mercato est un habitué des terrains de Ligue 1, Nolan Roux. Libéré par l’En Avant Guingamp, il est arrivé libre au Nîmes Olympique pour 6 mois minimum. L’ancien stéphanois a directement été titularisé en pointe de l’attaque avec la blessure de Ripart qui est intervenue juste avant sa signature, ce qui limitait ainsi la concurrence à ce poste avant l’arrivée de la troisième et dernière recrue du Nîmes Olympique pour ce mercato hivernal, Moussa Koné, sur lequel nous reviendrons par la suite. Nolan Roux est une « idée » de l’entraîneur de Nîmes, Blaquart, qui voulait absolument renforcer le secteur offensif et notamment le centre de l’attaque. Pour le moment, cela fonctionne plutôt bien avec Roux qui joue le rôle de point d’appui, de pivot, pour ses coéquipiers mais qui est également très recherché sur des centres ou encore sur corners et coups de pieds arrêtés. Sur le terrain, il n’hésite pas à aller faire le pressing une fois l’action terminée et peut aussi aider ses coéquipiers à ne pas sortir du match comme lors du match contre Monaco par exemple. En dehors des terrains, il apporte toute son expérience du haut niveau à ce jeune groupe qui en manque cruellement, ce qui ne peut qu’être bénéfique à ces jeunes joueurs pleins de potentiel.

Koné, le prolifique

Enfin la troisième et dernière recrue de ce mercato se nomme Moussa Koné.  Ce nom vous était probablement inconnu jusqu’ici car ce joueur nous vient tout droit de Dresde qui évolue en Ligue 2 allemande, c’est également l’ancien club de Duljevic, qui a lui de la peine à s’imposer au Nîmes Olympique, mais qui rentre souvent en fin de match pour dynamiser le jeu. L’attaquant n’a pour le moment pu disputer que deux fins de matchs sous les couleurs nîmoises, lors du match du samedi 8 février a Nice où il a remplacé Philippoteaux sorti sur blessure à la 55 ème minute. Il a apporté d’une part sa vitesse, sa technicité et aussi son habilité devant le but, du danger sur le but niçois et a même marqué un but pour son premier match avec les crocos, chose qu’il a su répéter face à Angers.

Hammache, l’ambition retrouvée

Avec l’arrivé de Reda Hammache, le Nîmes Olympique passe un cap. Il sort un peu du côté « familial » et se professionnalise petit à petit. Contrairement a l’ancien directeur sportif, Hammache a un carnet d’adresse bien plus fournit que celui qu’avait Boissier. Il a réussi à attirer de jeunes joueurs prometteurs, et ce, sans dépenser énormément notamment grâce à la connaissance de certaines lois et clauses, pour le transfert de Moussa Koné par exemple dont l’ancien club, Dresde, est dernier de Ligue 2 allemande et dans lequel il n’aurait pas pu jouer en cas de relégation du club. Hammache a également l’entière confiance de son président, ce qui est vital dans un club pour pouvoir aller de l’avant et ainsi essayer de se pérenniser en Ligue 1.

Malgré le nombre de recrues, ce mercato est une grande réussite car il a changé le visage du Nîmes Olympique, ce qui leur a permis de sortir de la zone rouge récemment, dans une série toujours en cours pour le moment. De plus, toutes les recrues ont été bien accueillies par les supporters nîmois : chose non-négligeable puisqu’il semblerait que tout le monde soit concerné dans une lutte au maintien. Les joueurs, anciens comme nouveaux, sont prêts à tout donner pour pouvoir maintenir le club en Ligue 1, reste à savoir si Nîmes trouvera la stabilité et l’endurance nécessaire à un tel exploit.

Germain

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de rentrer votre commentaire
Merci de rentrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.