Stade Rennais – Nîmes Olympique : Le renouveau

0
686

Et si Nîmes allait créer, ce dimanche, une surprise en terres bretonnes ? Début janvier, personne n’aurait misé un centime sur une telle possibilité. Mais au sortir d’un mercato hivernal réussi, Nîmes est revenu d’entre les morts. Après une série de 4 victoires consécutives, deux gros morceaux attendent désormais les crocodiles. Avant de recevoir Marseille, il faudra faire étape à Rennes, troisième de Ligue 1 en course pour une qualification européenne. 

Des recrues… 

Fin décembre, le moral est au plus bas à Nîmes. Joueurs désabusés, entraîneur au bord du départ, supporters agressés durant le déplacement à Marseille, rien ne va. Dans l’ombre, le nouvel homme fort gardois s’active déjà. Reda Hammache, tout juste débarqué de Lille en tant que nouveau directeur sportif, cherche à renforcer l’effectif. Le groupe en a besoin, tout autant que Bernard Blaquart, qui réclame des recrues depuis plusieurs mois. Benrahou (Bordeaux), Roux (Guingamp) puis Koné (Dresden) débarquent alors dans le Gard. Trois profils différents, trois paris également, et trois bons coups surtout.

Blaquart voulait Roux, et c’est en toute discrétion que l’attaquant français s’est engagé pour 6 mois en toute fin de mercato. Le milieu de terrain avait besoin d’un meneur de jeu ? Le jeune Benrahou a été prêté par Bordeaux (avec une option d’achat dérisoire) et fait le bonheur de ses co-équipiers malgré son jeune âge (21 ans). Enfin, Hammache a trouvé la faille pour faire venir Moussé Koné depuis l’Allemagne à moindre coût. Et en deux apparitions (en tant que remplaçant), le sénégalais a marqué deux fois sur ses deux premiers tirs. Une ligne offensive « new look » qui n’est pas étrangère au regain de forme nîmois.

de la confiance… 

Début janvier, Nîmes retrouve les terrains après le traditionnel stage hivernal à Peralada. Après 3 mois sans victoire, un coup-franc splendide de Benrahou dans les arrêts de jeu vient parachever le succès des crocodiles contre Reims (2-0). Si deux nouvelles défaites (contre Rennes puis à Saint-Étienne) viennent assombrir l’horizon des crocodiles, la première quinzaine de février va changer la donne. En quelques jours, Nîmes aligne 4 victoires consécutives, avec la manière. Monaco, Dijon, Nice puis Angers font les frais du renouveau gardois. 12 points sur 12 possibles, 9 buts marqués et seulement 2 encaissés. Après la première victoire de l’année à Reims et malgré la défaite à Geoffroy-Guichard, Nîmes s’impose comme la meilleure formation française de cette deuxième partie de saison. Les automatismes reviennent peu à peu, et avec eux l’insouciance et la confiance, ingrédients indispensables pour l’opération maintien en cours.

… et un brin de réussite. 

Des recrues, de la confiance, que demander de plus ? Et bien, tout simplement la réussite qui fuyait Nîmes fin 2019. Contre Monaco, Nîmes profite d’une double supériorité numérique pour s’imposer face à des monégasques pourtant en jambes. Contre Dijon, un brin de vent et Nolan Roux inscrit un but gag, avant qu’un tir de Benzia ne touche les deux poteaux de Paul Bernardoni. À Nice puis contre Angers, deux nouvelles prestations abouties face à deux équipes réduites à 10 en cours de rencontre offriront 6 points de plus aux gardois. Des adversaires qui touchent du bois, perdent leurs nerfs et sont dépassés par l’engagement nîmois, et voilà Nîmes relancé dans la course au maintien.

Deux gros morceaux s’avancent maintenant vers Nîmes. À Rennes – avant de recevoir Marseille – face à l’actuel troisième du championnat, les crocodiles ne partiront pas favoris. Pourtant, face à des bretons qui n’ont plus gagné depuis 3 rencontres, l’exploit semble possible pour des nîmois encore capables de nous surprendre.

 

La déclaration 

« C’est une équipe complètement différente de celle que l’on a affronté il n’y a pas longtemps. Elle reste sur 4 victoires consécutives, qui a profité de l’apport de quelques joueurs au mercato. Après une ou deux victoires elle a pu installer une dynamique de confiance et un enchaînement de bons résultats. C’est une équipe qui a retrouvé de l’allant offensif avec l’apport de Benrahou, celui de Nolan Roux, le retour de Ripart. Il y a du potentiel dans cette équipe, de l’ambition, de la confiance donc ce ne sera pas simple. On devra mettre de l’intensité, du rythme, créer des occasions. » Julien Stéphan (Entraîneur, Stade Rennais)

Les pronostics de la rédaction 

Nos rédacteurs se livrent au petit jeu des pronostics pour ce week-end !

Rémi : 0-1

Germain : 2-1

Kevin : 1-1

Pauline : 2-2

Loïc : 2-2

Nicolas : 3-3

 

 

 

Kevin N.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de rentrer votre commentaire
Merci de rentrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.