Stade Rennais – Nîmes (2-1) : Les crocodiles se sabordent

0
431

Tout avait pourtant si bien commencé. En ouvrant le score après moins d’une minute de jeu, Nîmes climatisait un Roazhon Park à guichets fermés. Mais après l’expulsion d’Anthony Briançon en seconde période, les crocodiles allaient finir par craquer, logiquement. 

Nîmes frappe d’entrée…

L’ambiance était belle à Rennes en ce dimanche après-midi. Dans un stade plein à craquer, les supporters rennais donnaient de la voix dès l’entame de match. Pourtant, après 33 secondes de jeu, Nolan Roux faisait taire le public breton. Bien servi par Ripart dans la surface, l’ex-messin envoyait une frappe limpide sous la lucarne de Mendy, battu (1′, 0-1).

Pas le temps de souffler dans un début de rencontre à cent à l’heure : sur un centre de Traoré côté droit, Niang profitait du mauvais contrôle d’Alakouch pour se jeter et tromper Bernardoni sur la gauche (8′, 1-1). Sur la première erreur nîmoise, Rennes égalisait et ne se laissait pas le temps de gamberger. La première demi-heure allait être du même acabit que cette entame. 6 tirs côté nîmois après 25 minutes de jeu, seulement 2 en faveur des bretons, mais une intense bataille au milieu de terrain entre les paires Nzonzi-Camavinga et Sarr-Fomba.

C’est à la demi-heure de jeu justement que Rennes haussait le ton. Paul Bernardoni, longtemps décisif ce soir, effectuait sa première grosse parade du jour devant Traoré (31′). Dans une fin de première période à l’avantage des locaux, le portier nîmois sortait encore une parade à une main sur une tête de Niang (40′), intenable ce soir. Malgré tout, à la pause, tout était encore possible entre deux formations inspirées.

… et se saborde en seconde période. 

Au retour des vestiaires, la rencontre prenait un tout autre tournant quelques minutes après la reprise. Coupable d’une incompréhensible manchette sur Camavinga, Anthony Briançon était logiquement expulsé par l’arbitre de la rencontre (53′). En infériorité numérique pendant près d’une mi-temps, Nîmes se regroupait en défense et subissait alors les assauts rennais. Bernardoni, impérial, était encore décisif devant Raphinha (69′). Mais Nîmes reculait inexorablement, et finissait par céder sur une des dernières incursions rennaise. Niang, encore lui, s’élevait plus haut que tout le monde pour inscrire un doublé de la tête (88′, 2-1).

Fin de série pour les hommes de Bernard Blaquart qui sont à nouveau en position de barragistes, à égalité de point avec Dijon, premier non-relégable.

 

Homme du match : Paul Bernardoni 

Il a longtemps retardé l’échéance en seconde période face à des rennais de plus en plus pressants sur ses buts. Décisifs à plusieurs reprises ce soir, notamment sur ses parades à une main, il ne peut rien sur le second but de Niang en toute fin de rencontre.

 

Kevin N.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de rentrer votre commentaire
Merci de rentrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.