Enzo Giorgi, un nîmois à la conquête de l’or olympique

0
1267
Giorgi
(c) Le Gard

Aujourd’hui nous allons faire la connaissance d’un jeune espoir de l’escrime handisport : Enzo Giorgi.

NM : Bonjour Enzo. Pour commencer pourrais-tu expliquer rapidement qu’est-ce que l’escrime ?

E.G : L’escrime est un sport de combat, d’opposition où le but est de toucher son adversaire sans se faire toucher

Quelle est la différence entre l’escrime valide et l’escrime handisport ?

La différence est : ce que font les jambes en escrime valide, le buste le fait en escrime handisport. Le buste fait donc des mouvements en avant et en arrière.

Peux- tu nous expliquer un peu plus les règles et les spécificités de ce sport ?

Il faut savoir que l’on est fixé sur des plaques en carbones reliées à une crémaillère, qui est une poulie avec une taille modifiable.
Elle permet de mettre à bonne distance les tireurs, (joueurs d’escrime) pour que les 2 puissent se toucher (surtout le plus petit) une fois la distance ajustée on ne la touche plus.
Le mouvement du buste permet d’avancer ou reculer, ensuite les règles sont presque les mêmes. Je fais de l’épée, j’ai le droit de toucher de la tête jusqu’au buste (dos, mains, torse…) alors qu’en épée valide je peux toucher tout le corps. Des tabliers appelés : « jupe » recouvrent les jambes pour que quand nous touchons les jambes, l’appareil qui permet de détecter les touches ne s’allume pas.

Peux-tu nous en dire davantage sur ton sport et ta catégorie ?

Je suis en moins de 23 ans, mais il m’arrive de faire des compétitions en senior. Mes entraineurs estiment que j’ai les capacités pour défendre mes chances, acquérir de l’expérience avec les plus grands.

Pourquoi avoir choisi l’escrime et pas un autre sport ?

J’avais fait pas mal de sport avant de faire de l’escrime comme du foot ou de la pétanque, j’ai toujours été un sportif mais il n’y avait rien qui « m’accrochait » vraiment. Un jour autour d’une pizza avec mes parents mon père m’a dit : « pourquoi n’essaierais tu pas l’escrime ? »
Alors j’y suis allé et je ne sais pas vraiment si c’est les copains ou la passion pour l’escrime, mais j’y suis resté et résultats des courses: 13 ans après je suis toujours là .

Quel est ton statut actuel, es-tu professionnel, étudiant ?

Je suis étudiant et passionné d’escrime, je suis en BTS communication en deuxième année. Ceci me permet de mener un double projet et d’avoir autre chose en plus de l’escrime.

Giorgi
Entre rêve et passion, il n’y a qu’une fine épée …

Peux-tu décrire ta journée type en tant que sportif de haut niveau dans le handisport ?

Cela dépend des jours, mais j’ai 2 à 5 heures d’entrainement par jour .

Combien de fois t’entraines-tu dans la semaine et où ?

Je fais 3 séances de préparations physique au CREPS (centre de ressources et d’expertise et de performances sportives) de Montpellier. Je fais 3 entrainements (petits matchs avec thèmes de score, de contraintes tactiques) classiques au SEN (société d’escrime nîmoise) et 2 leçons (répétions d’actions avec l’entraineur, pour les reproduire au mieux en match).

Quels sont tes objectifs pour les années à venir ?

Enzo : « Pour les années à venir j’aimerai : faire ma place parmi les meilleurs seniors pour pouvoir réaliser mon objectif, c’est à dire, les Jeux paralympiques de Paris en 2024. Avoir de bons résultats et quelques médailles en coupe de du monde chez les seniors. Je travaille au quotidien pour obtenir ces résultats, car Paris 2024 passe par plein d’objectifs intermédiaires, comme ceux-ci.

Es-tu déjà qualifié pour les prochains Jeux Paralympique ?

Je ne suis pas qualifié pour les prochains Jeux, c’est trop tôt pour moi, l’escrime est un sport de maturité et d’expérience. Le pic de notre carrière est entre 25 et 30 ans. Il faut se laisser du temps.

Giorgi
Enzo est l’un des espoirs de l’handisport français

Comment fonctionne le système de qualifications pour les Jeux Paralympiques ?

Au niveau national la fédération nous permet ou pas de participer (selon notre niveau) aux épreuves de coupe du monde. Ces dernières nous font marquer des points en fonction de notre résultat. Les points cumulés permettent d’établir un classement international permettant ou non, de participer au championnat du monde ou d’Europe. L’année des JO c’est : championnat + JO.

Quelles sont les différents types de compétitions (coupe du monde,
Championnat du monde, d’Europe…). Combien fais-tu de compétition en moyenne dans l’année ?

Il existe les compétitions nationales, les coupes du monde (plusieurs épreuves dans l’année, c’est là que sont marqués les points), les championnats d’Europe et du monde (sur une journée et il n’y en a qu’une par an) et ensuite les Jeux. Je fais en moyenne une à deux compétions par mois.

Comment finances-tu tes déplacements ? As-tu des sponsors ?

J’ai des partenaires qui me permettent de financer mes voyages aux 4 coins du monde et donc de défendre mes chances de médailles. C’est grâce à ces partenaires que je peux acquérir de l’expérience, obtenir des résultats et d’accéder à mon objectif final : Paris 2024. Sans ces partenaires je ne pourrais pas faire autant de compétitions, car l’avion, les hébergements… cela a un coût.

Giorgi
Focus sur l’or olympique …

Est-ce que la fédération française d’escrime vous finance en partie vos déplacements ?

La fédération nous autorise à partir en coupe du monde. Mais elle considère que les coupes du monde ne sont pas obligatoires, la fédération ne les prend donc pas en charge. A partir du moment où on est sélectionné pour un championnat ou les Jeux, c’est elle qui nous prend en charge.

Merci à toi d’avoir pris le temps de répondre à mes questions et je te souhaite bon courage pour la suite.

C’est normal, cela m’a fait plaisir et merci à Nîmes Médiasport d’avoir pensé à moi.

Raphael Fesquet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de rentrer votre commentaire
Merci de rentrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.