Rien de nouveau, chez les crocos

0
489

A l’occasion de là 13e journée de Ligue 1, le Nîmes Olympique recevait ce vendredi soir l’Olympique de Marseille au Stade des Costières.

Des nîmois très amoindris et en manque de confiance après leur défaite 3-0 à Monaco le week-end dernier, contre des marseillais en pleine confiance avec leur premier succès en Ligue des Champions après 13 défaites consécutives, ce match était, sur le papier, très déséquilibré.

Au niveau des compositions d’équipes, quelques surprises ont été réservées par l’entraineur nîmois, avec notamment la décision de jouer sans réel avant centre de métier, mais plutôt avec un duo d’attaquant composé de Duljevic, titulaire seulement pour la deuxième fois depuis le début de la saison, la première étant contre Lyon en septembre, et Renaud Ripart. On peut également noter la présence du jeune Ahlinvi associé à Cubas dans le milieu de terrain nîmois. Côté marseillais, très peu de surprises si ce n’est Thauvin mit au repos.
Malgré ces quelques surprises, les crocodiles ne sont pas parvenus à accrocher les phocéens.

La première occasion de ce match sera pour les joueurs de Villas-Boas. A la 13e minute Payet élimine deux défenseurs nîmois avec une feinte de frappe puis frappe, mais Reynet veille sur son but et détourne le ballon en corner. La réponse nîmoise va se faire sur coup franc,  quelques minutes plus tard, Eliasson envoi une très belle frappe sur la barre transversale de Mandanda. Après les 20 premières minutes, les marseillais vont se procurer bien plus d’occasions que les nîmois. On voit des nîmois désemparés, ne sachant que faire avec le ballon si ce n’est de tenter de trouver Ripart ou Duljevic avec des longs ballons qui n’arriveront que très rarement, mais des nîmois qui mettent de l’intensité physique et qui n’hésitent pas à aller au duel ce qui amène parfois à quelques fautes.

A la 27e minute de jeu, les marseillais ne passent pas loin de l’ouverture du score avec une belle passe de Payet pour Cuisance qui frappe fort au premier poteau, mais sa frappe passe juste à côté du but gardé par Baptiste Reynet. Malgré tout, les nîmois tentent quelques offensives et font s’agacer leur adversaire du soir. Caleta-Car est averti, tout comme Amavi en début de match. Peu avant la mi-temps les esprits s’échauffent, Alvaro et Landre prennent tous deux un carton jaune et l’entraineur de l’OM, André Villas-Boas, prend lui un carton rouge et ira vivre le reste du match en tribune.

A la pause on assiste à un match assez terne avec une équipe de Marseille ultra dominatrice comme le montre les statistiques. Seulement 95 passes réussies coté nîmois, ce qui montre la faiblesse de leur jeu. Seulement 28% de possession de balle, qui montre la complexité pour cette équipe de garder le ballon et de le faire circuler, mais aussi la difficulté de se créer des occasions (3 frappes tentées donc une sur coup franc).  Malgré cette domination, les joueurs de l’OM ne parviennent pas à trouver le chemin des filets dans cette première période.

Image

Au retour des vestiaires, les joueurs du Nîmes Olympique se procurent la première occasion avec Renaud Ripart qui reçoit un bon ballon, mais qui envoie sa frappe à droite des buts de Steve Mandanda. Ce sera de courte durée car les marseillais vont vite remettre le pied sur le ballon et à la 49e minute Benedetto reprend un bon centre mais envoi le ballon directement dans les bras de Reynet. Moins de 10 minutes plus tard c’est encore Benedetto qui est trouvé par Alvaro dans le dos de la défense nîmoise, qui n’est pas bien alignée, et cette fois-ci c’est la bonne pour l’argentin qui se retrouve seul face à Reynet et ajuste le portier nîmois d’un petit ballon piqué. 1-0 pour l’OM.

Le Nîmes Olympique est l’adversaire qui réussi le mieux à l’argentin depuis qu’il est à Marseille, il a déjà mit 5 buts en 3 matchs dans contre cet adversaire. A la 65e minute de jeu, Amavi fait un mauvais tacle qui aurait pu/du lui valoir un second carton jaune synonyme d’expulsion, mais l’arbitre ne lui mettra pas et se contentera de le rappeler à l’ordre.

A la 77e minute, Cubas est exclu après avoir reçu 2 cartons jaunes. 3 minutes seulement après avoir pris le premier carton jaune, le paraguayen de 24 ans se voit exclu après une faute extrêmement similaire à celle faite par Amavi quelques minutes auparavant.

A la 84e minute, après un bon travail côté droit, Sanson trouve Germain laissé totalement seul par la défense gardoise, l’attaquant de 30 ans entré en jeu 15 minutes avant à la place de l’autre buteur du soir, Benedetto,  n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets. 2-0 pour l’OM. La fin du match sera assez tranquille malgré quelques offensives marseillaises amenées notamment par Thauvin entré en jeu en seconde période.

Ce score de 2-0 est logique au vu du match, malgré tout, on peut s’interroger, à juste titre, sur le carton rouge sorti pour Cubas pour une faute similaire à celle d’Amavi quelques minutes avant sur laquelle l’arbitre n’a pas sorti de carton.

Après le match, le capitaine nîmois, Renaud Ripart, a réagi à cette défaite :

Il a dit notamment que « l’expulsion n’est pas un tournant du match. Ce n’est pas la faute des supporters, l’arbitre, les absents, il faut tout simplement qu’on soit meilleur ». Le nîmois, sans langue de bois, a envoyé ce que l’on peut qualifier de pique envers son entraineur « tant qu’on sera inoffensif ça sera compliqué. Le contenu est proche du néant depuis plusieurs matchs. C’est dur, on ne prend pas énormément de plaisir. Ce qu’on propose est inquiétant ». Un Ripart très lucide sur les prestations de l’équipe depuis le derby gagné à Montpellier « Depuis le derby, on glisse doucement vers le bas. ». Il ne s’arrête pas là et dit même que le bilan comptable n’est pas bon, mais également qu’il est « très frustré car on doit proposer pus que ca. ». Il fait également le parallèle avec la situation de l’année dernière : « On fait exactement la même chose que l’an dernier.  Les miracles comme celui de la saison dernière ce n’est pas tous les ans. Je n’ai pas envie que l’on réagisse une nouvelle fois dans la zone rouge. ».
Ces déclarations de Ripart contraste avec celle de son coach qui se « cache » derrière les absences des cadres de l’équipe, les erreurs personnelles, l’arbitrage et le fait que l’OM et le Nîmes Olympique « ne jouent pas le même championnat ».

Ripart a-t-il voulu faire passer un message à son coach avec ces déclarations ? C’est ce que l’on peut penser au vue des dernières sorties médiatiques faites par l’entraineur du Nîmes olympique, Jérome Arpinon.

A l’image de Renaud Ripart, les joueurs nîmois veulent réagir et ils devront le faire vite, dès le week-end prochain où un match très important se jouera dans la course au maintien : Lorient – Nîmes Olympique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de rentrer votre commentaire
Merci de rentrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.