Un jour, une question sur le sport amateur nîmois et la crise

0
213

Depuis maintenant un an et demi, nous cohabitons avec le virus responsable de la pandémie de la Covid-19, notre vie de tous les jours a été complètement chamboulée et nous avons eu l’obligation de nous adapter à cette situation sanitaire dramatique. Et c’est aussi valable pour le sport, que les clubs soient professionnels ou amateurs. Dans notre dossier, nous allons nous pencher sur quatre clubs nîmois qui ont mis tout en œuvre pour ajuster leur quotidien : les Krokos du hockey sur glace, Nîmes Basket, Le Football Féminin Nîmes Métropole et le Rugby Club Nîmois.

Les quatre dirigeants des clubs gardois ont accepté de répondre à quelques questions et Nîmes Médiasport les remercie d’avoir pris le temps de répondre à nos sollicitations.

Quel est votre avis concernant les décisions du gouvernement vis à vis du sport amateur? Votre ressenti?

Nîmes Médiasport : Quel est votre avis concernant les décisions du gouvernement vis à vis du sport amateur? Votre ressenti?

Bruno Colleoni (Président de la section Hockey sur Glace des Krokos): Nous comprenons l’intention première du gouvernement de préserver la santé publique. C’est une année difficile pour l’ensemble des licenciés de notre club, petits et grands. Nous avons fait tous les efforts nécessaires pour permettre à nos licenciés une pratique sportive sur la glace ou en dehors, lorsque cela était possible. Il est évident que cette année génère inévitablement des incompréhensions et frustrations.

Jésus Araiz (Président de Nîmes Basket) :  Toutes les décisions sont critiquables mais elles me semblent adaptées au paysage sanitaire que nous vivons même si je considère que le sport amateur et son contingent de bénévoles n’est jamais considéré à sa juste valeur… Pourtant il développe des facteurs de bonne santé, d’éducation et de lien social. Mon ressenti est surtout plus constitué de frustration.

Gabrielle Taves (co-entraîneur de l’équipe A du Football Féminin Nîmes Métropole Gard et responsable de la partie administrative): Dans l’ensemble sur la saison, malgré la crise sanitaire nous avons tout de même pu assurer un minimum de séances à nos licenciées. Nous avons cependant le sentiment d’avoir dû sans arrêt nous adapter trouver des solutions pour proposer des solutions, sans compter que du foot sans contact cela est très dur pour les joueuses. D’ailleurs il y a une réelle perte de niveau sur cette saison sur certaines catégories et nous craignons que cela se répercute sur les années à venir.

Alexandre Salles ( responsable administratifs et partenaires du Rugby Club Nîmois): Dans le contexte actuel, où de nombreuses activités sont à l’arrêt ou réduites, il parait logique que le sport dit amateur soit également touché. Pourquoi je parle de « sport dit amateur » car même si nous sommes catalogués amateur (la Fédérale 1 dépend de la Fédération et non de la Ligue), la réalité est différente comme de nombreux clubs. Nos joueurs sont pour la plupart sous contrat de travail (bien qu’ils aient tous une activité professionnelle ou étudiante), il y a aussi une structure administrative, cela représente tout de même 35 salariés.

Le rugby a la chance de ne pas être à l’arrêt car les entrainements pour l’ensemble de nos licenciés sont maintenus (avec des contraintes certes mais malheureusement tous les sports n’ont pas cette chance), et cela permet de maintenir une activité physique ô combien essentielle chez les jeunes, de maintenir aussi un lien social tout aussi important, et de préparer d’ores et déjà la saison 2021-2022. A l’instar des bars ou restaurants, les clubs jouent parfaitement le jeu et ont su s’adapter.

Malgré tout, quels sont les objectifs à long terme pour le club?

Nîmes Médiasport : Malgré tout, quels sont les objectifs à long terme pour le club?

Bruno Colleoni (Président de la section Hockey sur Glace des Krokos): Nous avons mis en place un encadrement de qualité afin d’accueillir et de former les filles et garçons à la pratique du hockey sur glace. Notre objectif est d’être prêt pour nos licenciés lors de la réouverture de la patinoire et retrouver nos vestiaires, nos ami(e)s, notre passion.

Jésus Araiz (Président de Nîmes Basket) : La saison 2020/2021 est blanche et le Comité Directeur a décidé de ne pas reprendre les entraînements en milieu extérieur car trop de contraintes sanitaires et risques importants. Le club se projette déjà dans la préparation de la saison 2021/2022 : effectifs, budget, professionnalisation d’un poste administratif, sponsoring…etc.

Gabrielle Taves (co-entraîneur de l’équipe A du Football Féminin Nîmes Métropole Gard et responsable de la partie administrative): L’objectif pour nous est de continuer à augmenter le nombre de licenciées chez les plus jeunes. Nous avons malgré la crise augmentée considérablement le nombre de jeunes pratiquantes et nous souhaitons les pérenniser sur du long terme. Bien évidemment conservé notre équipe en D2 et faire monter nos U18 en U19 national.

Alexandre Salles ( responsable administratifs et partenaires du Rugby Club Nîmois): Le covid a un intérêt, il donne du temps pour préparer la suite. Au RCN, le contexte est particulier car nous sommes en phase pré-coupe du Monde, puisqu’en 2023 la France sera la pays hôte de cet évènement planétaire. Au-delà des retombées économiques et d’image pour notre pays, cette Coupe du Monde va renforcer la position du rugby auprès des français, et le RCN compte bien lui aussi en tirer profit.

La FFR a mis en place un programme de formation de dirigeants de club « Campus 2023 » dans lequel le RCN va accueillir 4 jeunes en formation Master qui viendront renforcer la structuration administrative : secrétariat, communication, partenariat, évènementiel, école de rugby. Cela va nous aider à franchir un cap pour qu’en 2023 le RCN puisse jouer dans la poule Nationale. Au-delà de la structuration administrative, il y a la question essentielle des infrastructures. Ce n’est un secret pour personne, le stade Kaufmann est un vieux stade avec des installations quelques peu obsolètes. La ville de Nîmes nous a entendu et a décidé d’investir dans un salon partenaire qui sortira de terre cet été. C’est l’aboutissement d’un travail collaboratif de fond qui va permettre au RCN de poursuivre la dynamisation de son Business Club.

À quel point la crise du covid a impacté la gestion de vos équipes respectives et les budgets alloués ?

Nîmes Médiasport : À quel point la crise du covid a impacté la gestion de vos équipes respectives et les budgets alloués ?

Bruno Colleoni (Président de la section Hockey sur Glace des Krokos): Il est vrai que nous gérons au plus juste les ressources du club cette année afin de ne pas en compromettre l’avenir. Nous avons également la chance de pouvoir compter sur des bénévoles motivés et des partenaires commerciaux ou institutionnels que je tiens ici à remercier pour leurs implications aux différents niveaux du club.

Jésus Araiz (Président de Nîmes Basket) : Le COVID a stoppé toute compétition depuis le 16/10/2020 mais a aussi fermé le lien social (parents, joueurs, dirigeants) qui frémissait tous les jours avec les périodes d’entraînements, des matchs et les collations d’après match, et des manifestations festives comme les tournois, les lotos, Noël, les stages lors des vacances…etc

Gabrielle Taves (co-entraîneur de l’équipe A du Football Féminin Nîmes Métropole Gard et responsable de la partie administrative): Nous avons une majorité d’équipe en district donc cela n’a quasi rien impacté au budget. Pour les équipes en régional et en national nous avons eu moins de déplacement donc moins de frais. C’est surtout le fait de regrouper des équipes sur les mercredis et les samedis forcément on a rencontré des difficultés de terrain et parfois 4 équipes étaient en même temps sur un seul terrain. Sans compter qu’il a fallu sans arrêt s’adapter et changer les créneaux. La D2F a été plus impacté car la FFF devait nous allouer 72200euros de subvention mais ils ne nous ont versés que 9000euros et il y a très peu de chance que l’on puisse toucher le reste de cette somme.

Alexandre Salles ( responsable administratifs et partenaires du Rugby Club Nîmois): Le Covid a deux impacts : l’actuel et le futur. Et paradoxalement, c’est l’impact futur qui est le plus préoccupant. En effet, aujourd’hui le sport est classé secteur protégé, et peut bénéficier d’aides publiques (notamment le chômage partiel). C’est grâce à cela, et la gestion saine du Président Bonné, que le RCN arrive à traverser cette crise.

Mais qu’en sera-t-il demain lorsque les aides ne seront plus là ? Retrouverons-nous un niveau de ressource égal à l’avant crise ? Pourrons-nous recevoir nos spectateurs et partenaires comme avant ? C’est ce flou qui nous inquiète, et forcément cela a un impact sur le budget prévisionnel de la saison prochaine.

Dans ce contexte, vos sponsors sont-ils parvenus à rester fidèle? Quelle est votre stratégie pour les mettre en avant sur le plan marketing alors que les événements sont interdits au public?

NM : Dans ce contexte, vos sponsors sont-ils parvenus à rester fidèle? Quelle est votre stratégie pour les mettre en avant sur le plan marketing alors que les événements sont interdits au public?

Bruno Colleoni (Président de la section Hockey sur Glace des Krokos): Globalement oui, mais malheureusement certains partenaires sont exposés durement à la violence de cette crise. Nous avons, lorsqu’il était possible de se déplacer, la visite de l’équipe première chez nos partenaires afin de marquer notre solidarité avec eux. Nous aspirons à d’autres actions qui sont en cours de discussions avec certains.

Jésus Araiz (Président de Nîmes Basket) : Sur 25 sponsors de la saison 2019/2020, seuls 3 se sont manifestés pour l’achat de maillots … Le club a rencontré plusieurs entreprises importantes en juin 2020 mais toutes ont proposé de se revoir en fin d’année 2020 au regard à leur situation économique. La saison 2020/2021 a été arrêtée le 16/10/2020 et le club n’a plus cherché à les solliciter.

Gabrielle Taves (co-entraîneur de l’équipe A du Football Féminin Nîmes Métropole Gard et responsable de la partie administrative): Nous avons perdu notre plus gros sponsor ANGELYS groupe qui s’est retracté pour la saison 2020-2021. OCEAN ne nous a donné que la moitié de la somme prévue. Nous avons énormément interagis sur les réseaux sociaux pour communiquer le plus possible. Malgré cela nous avons gagné un sponsor essentiel pour nous : Le Groupe Mourier KIA, qui est resté fidèle tout au long de la saison et une vraie histoire est en train de s’écrire.

Alexandre Salles ( responsable administratifs et partenaires du Rugby Club Nîmois): Nos partenaires sont formidables dans leur engagement et leur soutien sans faille. Bien évidemment nous essuyons des pertes, mais comment en vouloir à un partenaire qui est pris à la gorge par le contexte économique actuel. Nous sommes tous sur le même bateau, et une des valeurs essentielles du rugby est la solidarité !

Avant la crise du covid, nous avions fait un choix dans l’animation du Business Club : celui de ne pas tout axer sur les jours de match. Chaque mois, nous organisons des rencontres entre partenaires, dans une logique de développement de réseau B to B. Dès lors que les évènements en présentiels n’étaient plus possible, nous avons basculé en évènements en distanciel. C’est ainsi qu’on s’est retrouvé à distribuer au 4 coins de Nîmes des plateaux apéros pour nos visio’ ! En parallèle de ça, nous mettons à disposition de nos partenaires nos réseaux sociaux où près de 20.000 followers peuvent suivre les actualités commerciales de nos partenaires.

NM : La crise sanitaire représente-t-elle un frein au recrutement de nouveaux licenciés ?

Bruno Colleoni (Président de la section Hockey sur Glace des Krokos): Effectivement, la patinoire étant fermée, il est difficile de recruter de nouveaux licenciés. Nous avons commencé à communiquer sur nos supports médias (site internet, Facebook, instagram), et espérons comme beaucoup, que la campagne de vaccination nous permettra de sortir de cette crise pour la rentrée prochaine. Notre sport est une école de vie extraordinaire pour un jeune. On y apprend le goût de l’effort, la valeur du collectif, le respect de l’adversaire et règles du jeu.

Jésus Araiz (Président de Nîmes Basket) : Certainement … Le club a déjà perdu environ 40 licenciés par rapport à la saison 2019/2020 et considère que le nombre de licenciés pourrait encore diminuer.

Gabrielle Taves (co-entraîneur de l’équipe A du Football Féminin Nîmes Métropole Gard et responsable de la partie administrative): Bizarrement non, peut être le fait d’avoir maintenu un maximum de licences par rapport à d’autres, nous avons au contraire récupéré beaucoup de jeunes filles.

Alexandre Salles ( responsable administratifs et partenaires du Rugby Club Nîmois): Il est trop tôt pour le dire. Ce qui est certain, c’est que la saison 2020-2021 a vu une baisse des effectifs, et encore le rugby s’en sort bien par rapport aux autres sports (notamment ceux d’intérieur). On dit souvent que c’est à la fin du bal qu’on paie les musiciens, c’est pareil ici. On fera les comptes fin octobre, après la prochaine rentrée. Mais il est évident que si la saison prochaine est encore touchée, les effets seront assez catastrophiques.

Cependant, il ne faut pas se lamenter, il faut toujours regarder vers l’avant et c’est dans cette philosophie que nous avons lancé une campagne de communication sur l’école de rugby pour inviter les jeunes et leurs parents à venir découvrir le rugby.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de rentrer votre commentaire
Merci de rentrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.